Votre boussole indique le nord où vous savez que se trouve l’autoroute le plus proche et qu’il représente le meilleur endroit pour être secouru. Plusieurs jours se sont déjà écoulés depuis l’accident qui vous a propulsé dans des rapides amenant à une cascade. Fatigué, avec un bras cassé et une commotion, plusieurs heures sont passées jusqu’à ce que vous vous réveilliez étourdi et en vomissant aux abords de la rivière.

Vous avez perdu votre sac lors de la chute. Téléphone, tente, sac de couchage, vêtements de rechange, chaussures de randonnée, nourriture, bref plus rien. Tout ce qui vous reste est votre kit de survie et dieu merci pour ça car sans lui vos chances de survie se seraient clairement réduites.

Au cours des derniers jours, un objet vous a été particulièrement d’une grande utilité : votre couteau spécialement optimisé pour du bushcraft.



 

Vous estimez être à un ou deux jours de marche de toute civilisation, et alors que la soirée approche, la température chute grandement. Vous préparez alors votre campement, utilisant votre nouveau meilleur ami pour couper des bouts de bois afin de faire du feu tout en sachant d’ors et déjà que vous aurez besoin de l’alimenter durant la nuit. Mais soudainement, la lame casse et se libère du manche en percutant votre épaule. Tremblant à l’idée que vous auriez pu perdre un œil, vous repensez au moment où vous avez acheté votre matériel de survie et que vous vous êtes décidé parmi les choix possibles. Avez vous acheté un couteau de mauvaise qualité?

C’est tout à fait possible. Ce choix est primordial puisque vous devez pouvoir compter sur lui pour rester en vie et faire face aux blizzards ou à une attaque d’un animal.
Une machette est-elle plus adaptée? Ou un couteau Rambo avec un compartiment hermétique à l’intérieur du manche? Ou plutôt une pince multi-fonctionnalités de qualité sera-t-elle plus utile? Voulez vous une lame droite ou crantée, fine ou épaisse, longue ou petite, acier stainless ou acier carbone? Aurait-il été préférable d’acheter deux couteaux afin d’en avoir un autre de secours?

C’est exactement dans cette logique qu’a été créé ce site afin de répondre aux questions sur le choix d’un couteau que les survivalistes utilisent pour de la survie.

Couteau Bear Grylls

Le couteau Bear Grylls pour survivre.


 

Comment utilisé un couteau dit « bushcraft »?

Maintenant que vous avez choisi et acheté votre couteau pour le bushcraft et que vous êtes complètement perdu en pleine forêt, regardons de plus près de quelles manières un tel couteau peut être utilisé en vous aidant grandement.

En fonction de la situation, les premières tâches que vous auriez probablement à accomplir se résumeraient par traiter des blessures, faire du feu et construire un abri. Les couteaux bushcraft peuvent vous aider pour ces trois opérations. Que se soit pour couper du bandage, pour collecter de l’amadou, des brindilles ou des branches pour démarrer un feu de camp, pour modeler votre abri en attachant un matériel hermétique au vent avec la longueur appropriée de corde, vous réaliserez alors que votre couteau s’avèrera très pratique.

A ce moment là, votre estomac est probablement en train de faire un vacarme pas possible, donc voyons un peu comment votre lame peut être utilisée pour vous permettre de remplir votre panse.
Vous pouvez récolter des plantes comestibles ou des fruits sauvages pour vous nourrir, l’utiliser comme couteau de chasse ou pour préparer des pièges, ainsi que dépecer et dépouiller le gibier chassé.

Hormis ces utilisations classiques, vous serez peut être confronté à d’autres situations plus particulières pour survivre. Par exemple, si votre couteau est suffisamment brillant, vous pouvez l’utiliser comme signal de détresse.

Ne faîtes pas l’erreur d’acheter un couteau gadget avec un manche creux pour y loger du matériel de survie. Non seulement vous sacrifiez la résistance en diminuant la soie puisque le couteau ne sera pas full tang, mais également que ferez vous si vous le perdez? Vous perdrez bien plus qu’un simple couteau puisqu’une partie de votre kit de survie sera manquante. Préférez donc garder votre équipement de survie à part dans un kit de survie.

Il peut d’ailleurs également être utile d’en apporter un autre de rechange. Cela peut être un autre couteau à lame fixe dont on a parlé précédemment tel que l’excellent couteau Gerber LMF 2, un couteau pliant ou bien idéalement une pince multifonction, qui bien que moins robuste, peut apporter un éventail de fonctions incroyables. Si vous perdez votre principal outil, ce dernier ne sera pas capable de le remplacer entièrement mais ça sera mieux que rien. Pensez bien à être prudent avec un couteau pliant si vous voulez effectuer les mêmes tâches qu’avec une lame fixe car il y a des chances que la lame casse, voire même se referme sur vos doigts malgré un mécanisme de blocage (dans des cas exceptionnels certes).

Couteau Fallkniven F1 avec sa superbe lame

Le couteau bushcraft Fallkniven F1.


 

Conseils de sécurité

Un couteau bushcraft peut vous sauver la vie mais il peut aussi vous blesser si vous ne l’utilisez pas avec prudence.

La règle de sécurité la plus basique est de ne jamais couper quelque chose près du corps. Gardez vos yeux rivés sur ce que vous faites tout en maintenant une bonne prise sur le manche afin d’éviter que votre main glisse, et ce, peut importe ce que vous coupez. Evitez également de courir avec votre couteau dans les mains, de le rattraper lorsque vous le faîte tomber ou encore de le laisser sur le sol hors de son étui. Utilisez toujours deux mains pour fermer votre couteau pliant.

Soyez extrêmement vigilant lorsque vous utilisez un couteau si vous n’êtes pas concentré sur le travail que vous effectuez. La faim, la soif, le froid ou la fatigue sont autant de critères qui peuvent vous distraire et vous faire commettre une erreur et aggraver encore plus votre situation précaire. Donc soyez attentif à la tâche que vous essayez d’accomplir.

Etant donné que cet outil vous est d’une aide incomparable, vous voulez être certain d’en prendre soin et de ne pas le perdre. Si vous ne le traitez pas avec respect il y a de fortes chances qu’il vous laisse tomber en retour au moment où vous vous y attendez le moins. Les couteaux bushcraft sont construits pour résister à de nombreux abus mais certains sont plus fiables que d’autres donc mieux vaut éviter de le maltraiter en étant un peu trop créatif. Par exemple, étant donné que ces couteaux sont conçus pour ne pas plier, ils peuvent casser si vous essayez de les utiliser pour forcer l’ouverture de quelque chose. Évitez également de les utiliser comme alènes car la pointe pourra être endommagée. Évitez aussi autant que possible de le planter au sol (vous ne savez pas toujours ce qu’il s’y trouve) ou de le chauffer sauf en cas d’extrême nécessité.

Gardez le tout le temps propre, au sec et aiguisé prêt à être utilisé. Lorsque vous l’aiguisez, faîtes attention à bien maintenir la pointe et le reste de la lame.
Veillez à toujours le ranger après chaque usage dans son étui (idéalement attaché à votre ceinture) car en cas d’urgence, vous aurez peut être pas le temps de le chercher dans votre campement. Les étuis peuvent être fait de plusieurs matériaux comme du cuir, du plastique ou du nylon. Peu importe lequel vous choisissez, assurez vous qu’il soit solide et permette d’être attaché près du corps. Un trou pour lanière peut être pratique en utilisant de la paracorde 550. Souvenez vous de ne jamais lancer votre couteau car en plus de possiblement l’endommager, c’est aussi un moyen rapide pour le perdre.

Vous aurez aisément compris que bien choisir son couteau pour survivre peut s’avérer avoir d’importantes conséquences, voire même faire la différence entre la vie et la mort.
Notre guide comparatif d’achat va vous permettre va vous permettre de mettre face à face chaque couteaux de survie en découvrant les spécificités techniques et les utilisations possibles.

—   > > Cliquez ici pour voir les meilleurs Couteaux bushcraft avec les Prix, Photos et Avis sur Amazon, le meilleur marchand sur le net.